PREMIERE ETAPE

Des étapes clés pour vous accompagner

Réunir les aidants (famille et/ou proches) avec la personne diagnostiquée en perte d’autonomie, pour une prise de conscience collective de la pathologie et des besoins induits.

1ère étape

Une fois le diagnostic posé, il est important de permettre à la famille de se réunir autour de la personne concernée.

La charge émotionnelle est souvent très forte pour la personne concernée et son entourage après l’annonce d’une pathologie dite invalidante.

Il faut pouvoir partager ces émotions qui peuvent être la peur, la tristesse, la colère, etc…

Pour ce faire, il est possible de se rapprocher de psychologues présents dans les unités de soins des hôpitaux dont dépend la personne concernée.

Les accompagnants peuvent également bénéficier de cette écoute.

Enfin, le médecin de la famille, l’équipe médicale et médico-sociale peuvent-être un relais d’échanges et d’écoute.

L’accompagnant ne doit pas se substituer aux soignants qui sont les médecins, les infirmiers, etc…Il doit éviter toute notion de culpabilité.

Après cette phase émotionnelle, certaines questions peuvent apparaitre.

  • Que faire et à quel moment ?
  • A qui s’adresser ?
  • Quelles sont les aides ?
  • Comment s’organiser ?

Il est important dans cette étape d’impliquer la personne concernée pour valider les étapes à venir.

Prédire l’évolution d’une maladie dite invalidante est impossible, d’où la nécessité d’anticiper administrativement tous les scénarii.

Penser à déposer des dossiers en amont pour mieux anticiper les délais d’instructions qui sont souvent très longs.

Ceci peut permettre d’éviter des situations d’urgence, source de stress pour tous.

Où se renseigner ?