Se soigner décemment : Une prise de conscience collective nécessaire

Des informations sur la dépendance

Se soigner décemment : Une prise de conscience collective nécessaire

A l’heure où le gouvernement d’Emmanuel Macron nous annonce un remboursement intégral des soins, nous nous posons la question : Qui va payer ?

En effet, selon la mutualité Française le restant à charge pour les patients s’élève à plus de 4 milliards d’euros par an.

Dans un contexte d’économie budgétaire, le gouvernement actuel sera-t-il en mesure, d’ici 2022, comme il l’annonce, d’absorber ces 4 milliards d’euros par an ?

Dans sa déclaration auprès de l’AFP, le président de la mutualité française, Thierry Beaudet, et en réponse à l’annonce du 1er Ministre, déclarait : « Le Premier ministre a en effet précisé que tous les Français auront accès à des offres de mutuelles sans aucun reste à charge. Chacun sera donc libre d’y souscrire ou non ».

Ce fameux restant à charge, qui nous concerne tous, nous le retrouvons où ? :

  1. Les soins dentaires,
  2. Les soins auditifs,
  3. Les lunettes
  4. Les médicaments
  5. Les actes médicaux, etc….

Mais qui prend en charge ces coûts de santé ?

A ce jour deux régimes couvrent nos dépenses de santé :

  1. La Sécurité Sociale
  2. Les régimes complémentaires

A titre d’exemple, lorsque vous consultez un médecin la Sécurité Sociale rembourse à hauteur de 70% la consultation. Les 30% restant sont à votre charge et nous parlons du ticket modérateur.

Si vous souscrivez une mutuelle santé, (dit complémentaire) les 30% restant peuvent être pris en charge partiellement ou totalité selon le contrat que vous souscrivez.

Dans le cadre d’une affection longue durée la sécurité sociale vous prendra, pour cette affection, 100% en charge.

A titre d’exemple, vous souffrez d’un diabète de type II, tous les soins étant en relation avec cette pathologie seront couverts à 100% par la sécurité sociale. Cependant, les soins, examens, médicaments, etc…. N’étant pas en lien avec votre 100% seront couverts à hauteur de 70% par la SS.

C’est ainsi qu’une complémentaire santé va compléter les remboursements de la Sécurité Sociale afin d’annihiler ou de diminuer votre restant à charge.

Enfin, certains frais non couverts OU PEU couverts par la Sécurité Sociale peuvent l’être par votre mutuelle de santé si votre contrat le prévoit.

A titre d’exemples :

  1. Hospitalisation et une chambre particulière. Cette prestation n’est pas couverte par la Sécurité Sociale qui interprète cela comme du confort.
  2. Les séances d’ostéopathies
  3. Certains médicaments remboursés à 15% par la sécu, etc….

Fort de ce constat, deux solutions s’offrent à nous tous :

  1. Solution de l’autruche, parce que nous pensons que l’Etat providence peut tout, nous serons à terme rattrapés par les réalités budgétaires et de fait pour solvabiliser la demande le restant à charge pourrait passer de 30 à 40, 50%, etc…… ?
  2. Solution responsable et proactive, nous Association France Dépendance, nous pensons, que nous devons être les acteurs de notre vie et que la santé est un bien de consommation.

De ce fait, et afin de pérenniser notre système social, très généreux, nous allons devoir, tous, changer de paradigme.

L’Association France Dépendance